gender balance in the music industry – Meet SWIM (scottish women inventing music)

Hey guys!

I’m back today to tell you about the great evening I had on Wednesday at a meet up hosted by SWIM (Scottish Women inventing Music).

First of all, for those of you who don’t know me, I’m a singer and I’m currently doing an HND in Music Business at Glasgow Kelvin College. Networking being an important part of the music business, I was very happy to take part in the meet up which was dedicated to women who work or wish to work in the music industry.

It’s a fact, women remain underrepresented in the music world nowadays.

According to the Independent, only 17% of female artists were in the Billboard Hot 100 chart between 2012 and 2018. Also, only 10.4% of female artists out of 1064 people were nominated for a Grammy in the main categories between 2013 and 2019.

Glasgow’s TRNSMT festival revealed a nearly all-male headline acts for 2020 and led to a controversy, especially after Geoff Ellis from DF Concerts claimed that more women should “pick up guitars and form bands” to get gender balance at festivals. There is clearly a lack of gender balance in the music industry.

Fortunately, some people are now willing to speak up and to take part in the promotion of women who work in the music industry.

For example, the Primavera Sound festival in Barcelona achieved a 50/50 gender split in 2019, which definitely proves that there are talented female acts out there ready to take the stage and about 65 000 people happy to buy a ticket and enjoy the show.

Now, let’s talk about SWIM. The organisation works on providing a level playing field for women. It officially launched on March 8th, 2019 in Glasgow.

SWIM – Scottish Women Inventing Music– What do they do?

SWIM is a collection of musicians and industry professionals who identify as female. We can find on the board women from organisations such as Help Musicians UK, Musicians’ Union or the Scottish Music Centre along with brilliant singers/songwriters, to name a few.

The members work in all areas and genres of music: PR, management, performers, songwriters etc…

SWIM take action in 3 main areas:

  • Network:

They connect the members through a website and social media and promote members’ work within the organisation and beyond.

  • Education and information:

Successful women deliver talks and workshops in education settings to inform on women’s opportunities across the music industry and to inspire young people to start a career in music. They also host panels to raise awareness of inequalities within the music industry and address issues.

  • Promotion to increase women’s visibilty :

They run events and collaborate with other organisations to push gender equality and they build a database of members and their skills which is accessible to industry professionals.


I’m very grateful for having had the chance to talk to these amazing successful women who gave me some valuable business advice during the meet up last Wednesday.

I am now a member and I strongly advise you to sign up as well if you’re a woman working in the music industry.

It’s only £5 a year (September to August) and you’ll get access to the members’ database if you’re looking for collaborations or advice and to special members events like gigs played by other members.

The next meet up will be on February 26th and will be open to members and non-members. Here’s a chance for you to learn more about SWIM.

Sign up on the website: https://www.scottishwomeninventingmusic.com/

Facebook page: SWIM

mes chansons de noel preferees

Bonjour tout le monde!

Oui, je sais ça fait longtemps.

Ça y est, nous y sommes, c’est la période de l’année que j’attends avec toujours autant d’impatience.

Je suis Montpelliéraine, avec du sang espagnol et sicilien dans les veines et pourtant, ma saison préférée, c’est l’hiver. Sûrement parce que je bois du thé toute la journée et que j’ai une couverture en forme de queue de sirène. Quand il fait froid, je suis donc ravie de m’emmitoufler là dedans avec une bonne tasse de tisane.

Je me suis dit que pour revenir sur le blog, j’allais vous faire une petite liste de mes chansons de Noël favorites, et je vais sûrement par la même occasion vous en faire découvrir quelques unes qui sont super populaires en Ecosse.

Déjà ici, il faut savoir que certaines chansons comme la version de Lily Allen de “Somewhere only we know” ou “2 become 1” des Spice Girls sont considérées comme des chansons de Noël. Pourquoi? Parce que la première a été choisi pour la traditionnelle pub de Noël des grands magasins John Lewis, et la seconde a été numéro 1 des charts pendant les fêtes de fin d’années.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet.

Ma chanson de Noël préférée, c’est “Santa Baby”. Il existe plein de versions différentes chantées notamment par Kylie Minogue, Madonna ou cette année par Emma Bunton, mais ma version favorite, c’est l’originale par Eartha Kitt. (cliquez-ici)

La version de Calista Flockhart dans un des épisodes d’Ally McBeal est super mignonne, j’aime beaucoup aussi, quoique plus courte que l’originale. Santa Baby par Ally Mcbeal.

Si vous ne connaissez pas la chanson, c’est plus ou moins une liste de cadeaux qu’une femme demande au Père Noël. Cette chanson est tellement drôle et sexy. “I’ve been an awful good girl, Santa Baby so hurry down the chimney tonight” J’adore!


Dans un tout autre genre, je vais vous parler d’une chanson que j’ai découverte en Ecosse: Fairytale of New-York par les Pogues.

Je ne suis pas sûre de l’avoir déjà entendu en France. Dites moi dans les commentaires si vous la connaissiez déjà.

Alors là, on est pas du tout dans le fun ou le sexy, on est même plutôt dans la dépression 😅

Et pourtant, c’est une de mes chansons de Noël préférées. Je la trouve super bien écrite (à grand renfort de sarcasme) et le rythme typiquement irlandais est vraiment entraînant.

Bon, du coup désolée pour ceux qui ne parlent pas anglais, qui vont me lire et qui auraient pu croire que la chanson est super fun mais en réalité, ça raconte l’histoire d’un couple qui à la base semblait bien parti pour durer… mais la deuxième partie nous renvoie aux désillusions de leur vie maritale qui est en train de se terminer dans l’amertume et le ressentiment. “Happy Christmas your arse, I pray God it’s our last!” soit “Joyeux Noël connard, je prie pour que ce soit notre dernier!” Voilà voilà. Joyeux Noël! 😄


Enfin, j’aime particulièrement la chanson “Do They Know It’s Christmas” par le collectif Band Aid.

Déjà, parce qu’elle a été écrite pour une bonne cause. En effet, Bob Geldof et Midge Ure créent le groupe Band Aid en 1984 afin de récolter des fonds pour aider les victimes de la famine qui ravage alors l’Ethiopie. Le texte appelle à la solidarité et invite les gens à prendre conscience du drame qui se déroule en Afrique.

Quelques uns de mes artistes préférés font partis du collectif, comme Phil Collins et George Michael et le refrain à la fin est puissant et facile à retenir. “Feed the world, let them know it’s Christmas time

Le succès du single a dépassé toutes les espérances du collectifs: 70 millions de dollars ont été récolté au total et la chanson s’est placée en tête des ventes de Noël en 1984. Elle reste aujourd’hui l’une des chansons de Noël les plus populaires au Royaume-Uni.

La chanson a été réenregistré plusieurs fois depuis, notamment en 2014 avec les plus grandes popstars du moment comme Ed Sheeran, les One Direction, Rita ora ou encore Ellie Goulding. Le but était cette fois de lever des fonds pour les victimes du virus Ebola.


Allez, petit bonus. Je vais vous faire découvrir la chanson de Noël qui rend fou. En tout cas, moi, je l’entendais en boucle quand je travaillais à Superdrug (l’équivalent de Sephora) et sans m’en rendre compte, je me mettais à braire comme un âne tout au long de la chanson. Pas de panique, vous allez comprendre en cliquant ici.

Dominick the Donkey est donc un petit âne ami du Père Noël. Apparemment, les rennes ne pouvant accéder aux collines en Italie, Dominick prend le relais lors de la tournée du Père Noël. ” It’s Dominick the Donkey, The Italian Christmas Donkey

Vos enfants vont adorer! Vous, sûrement un peu moins après la 10ème écoute.

Et vous, quelle est votre chanson de Noël préférée?

Passez de bonnes fêtes de fin d’année!

My musical trip to boston

Well, it’s been a while.

I meant to write about it earlier, but you know what it’s like, life got in the way!

I was in Boston for 5 days in october and I’ve always wanted to go there. First because it’s where my favourite tv show of all time was filmed and also because I knew Boston was quite different from the other cities of America thanks to the European vibes (well, obviously, as Boston is part of New England).

I should say it now: I loved Boston, I thought it was a beautiful and friendly city and it felt like home, as the houses and some streets like Beacon Street reminded me of Glasgow. It’s an expensive city though, so make sure to budget your trip properly to fully enjoy your time there.

I’m going to start this article with the photo of the building I was dying to see. Can you guess now what is my favourite series ever? #90sTeam

There is a wee clue in the photo when you look closer =D

14 Beacon Street

Anyway, there are things I always do when I travel. I made it a tradition: I book a ticket for a gig and I go to an open mic (when I find one). It’s so nice to jam with talented musicians from other countries and to share our culture.

I did some research before flying to Boston and I found out that an open mic night was on every monday in a pub called “BeBop” in the corner of my hostel’ street. How convenient!

I felt comfortable as soon as I got in. It’s a cosy place and the photos on the walls give the pub some musical vibes straight away.

I got in touch with the host of the night Dylan a few days before arriving and he was happy to play my open mic song “What’s up” by 4 Non Blondes. I call it that as it’s a 3 chords song so whenever I feel like singing, any guitarist can play it for me.

I had a blast even if I was still jet-lagged and my voice wasn’t at its best, but it was great to share the stage with so many great talents. The people were very welcoming and were listening to the music. Nobody was chatting during the performances.

If you plan on travelling to Boston and you’re interested in singing there, just know that you have to book a slot (I booked it 2 weeks beforehands, and it was almost fully booked already).

BeBop

1116 Boylston St

Boston, MA 02215


On the next day, Natasha Bedingfield was playing the Wilbur, a beautiful theater in Boston, city centre.

I wanted to book my ticket in advance on ticketmaster, but I had to pay $11 for booking fees so I decided to go to the theater on the day to buy my ticket, as I noticed that the gig was far from being sold out. And I got lucky because I got a ticket in the VIP section for $45, which means I was 2 tables away from the stage (it was the closest I’ve ever gotten to a stage =D ) and a waitress was bringing me drinks all the way through the gig. Fancy!

I had no idea Natasha Bedingfield could sing like that. She can hit some impressive notes and makes it sound so easy!

She’s definitely cut out for live performances. She has an incredible stage presence, she is very talkative and she can work a crowd. I guess her songs are just perfect for a live show, as they are entertaining and make you feel like dancing. I loved how she interacted with her band, we can feel a great chemistry between them.

9 years after releasing her last album “Strip Me”, she’s coming back with “Roll with me”. And it all seems familiar: we get the catchy melodies, some hip hop beats and disco vibes sometimes as well. Her music is still very early 2000’s, and she is so good at it.

She started out with Real Love from her latest album and I have to say I was very impressed.

It’s a difficult song to open with technically speaking but it’s also an obvious choice as the pop rock sound of it sets out the gig: it’s going to be full of energy. And it definitely was, even if we shared some emotional moments, especially during the song “King of The World”, written for her little boy. It’s such a tender song, it was very moving.

I loved the live arrangements of “These words”, this song is so powerful! This live version was even better than the original.

I’m very happy I finally got to see her live, as I have a soft spot for her ever since I did a singing competition called “Avon Voices” in 2011. She was one of the judges, along with Delta Goodrem, Sheila E. and Fergie from the Black Eyed Peas, among others.

The setlist

The Wilbur

246 Tremont St

Boston, MA 02116


Finally, I wanted to take a tour of Berklee college of music ‘s campus. Berklee is one of the most famous music school in America as some amazing talents such as Quincy Jones, Diana Krall or John Mayer studied there.

Berklee is a private school and you need to audition to get a chance to study there and possibly to get a scholarship as well.

The college offers a wide range of programs and courses: songwriting, jazz composition, music business/management, film scoring, music therapy …

I thought for a second of applying, as I’m an optimistic though pretty naive girl. And then I found out about the tuition fees, close to $45 000 and something like $60 000 if you choose to live in the student accomodation, which give you access to rehearsal rooms.

We visited the recording studios, where iconic celebrities recorded some music such as Bruce Springsteen or Celine Dion.

Studying at Berklee gives the students a real chance to network and to attend masterclasses and workshops with well-known people from the music industry. If you come from Berklee, people know that you’re talented before they actually hear you sing or play.

Berklee hosts events regularly to promote their students and to give them the opportunity to perform in front of a crowd.

I went to a concert which featured the best songwriters and guitarists of Berklee and I have to admit that the students were incredible. They sounded like professionals and I genuinely wondered what more they could learn at school. They were playing their own songs in a variety of settings.

This was my last evening in Boston, and it ended on a very good note! (See what I’m doing here? =D )

Mes Etudes en Music business

J’ai décidé d’aborder aujourd’hui un sujet qui soulève toujours beaucoup de questions quand j’en parle avec mes amis Français: mes études.

Entre ceux qui sont perplexes et qui pensent que je me suis fait avoir (“mais c’est un vrai diplôme ton truc?”🤨 ) et ceux qui ne comprennent pas bien ce que j’étudie, je me suis dit que ça ferait un bon sujet d’article pour le blog!

J’ai obtenu mon HNC en Music Business l’an dernier et je suis en dernière année de mon cursus scolaire, qui finira je l’espère par l’obtention du fameux HND en juin 2020.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, voilà un petit résumé de ma vie professionnelle pour ceux qui ne me connaissent pas. J’ai été chanteuse (intermittente du spectacle) pendant 14 ans en France. J’avais déjà envie de devenir chanteuse à l’époque où j’ai obtenu mon bac littéraire mais je voulais décrocher un diplôme avant. Malheureusement (ou pas, finalement) je n’ai pas été accepté en BTS communication (sur dossier car très demandé), je suis donc devenue la chanteuse d’un trio et j’ai ainsi assuré ma première saison en tant que chanteuse professionnelle en 2004.

Toujours est-il que 14 ans plus tard, le désir d’apprendre de nouvelles choses s’est fait de plus en plus sentir et j’ai décidé de reprendre les études. Je voulais bien sûr que ça reste en rapport direct ou indirect avec le monde de la musique.

J’ai toujours parlé de vivre un jour au Royaume-Uni, surtout parce que 98% de mes artistes préférés sont British. J’adore la brit-pop et pop/rock. Quand j’ai découvert Glasgow, j’ai tout de suite su que j’allais m’y installer.

J’ai donc commencé à chercher une formation et j’ai pensé m’orienter dans la communication, vu que c’est ce qui était prévu après le bac et que l’idée ne m’avait jamais vraiment quitté. Après quelques recherches, j’ai sélectionné deux formations: Communication et Media ou Music Business.

J’ai d’abord pensé que Communication et Media serait moins risqué car plus généraliste, mais après réflexion je me suis dit que d’une part, si je reprenais les études à 33 ans dans un domaine qui ne me plaisait pas à 100%, ça allait être une vraie galère mentalement, et d’autre part, quand je suis devenue chanteuse, certaines personnes me disaient qu’il faudrait que je pense à un vrai métier, que c’était trop difficile etc… et ça a pourtant été ma source de revenus principale pendant 14 ans. C’est difficile c’est un fait, mais dans la vie je préfère me laisser guider par le plus optimiste “quand on veut on peut”.

Je me suis alors inscrite et lancée dans un HND en Music Business au Kelvin College à Glasgow.

Mon campus dans le West End de Glasgow

“Mais c’est un vrai diplôme?”

Un HND est un vrai diplôme puisque c’est l’équivalent d’un BTS en France. Ça correspond donc à un Bac +2.

Le HND se prépare dans un “college” (faux ami, rien à voir avec le collège en France) et pas dans une université, tout simplement car le “college” ici est fait pour les filières techniques. En effet, tout comme le BTS, le HND permet de suivre des études plus orientées vers la pratique que la théorie, grâce aux nombreux stages qu’il est possible de faire au cours de l’année. J’ai notamment eu la chance d’obtenir un placement d’un mois chez Soma Records (cliquez-ici pour tout savoir à ce sujet), la première maison de disques de Daft Punk. Un HND permet également de se spécialiser directement dans le domaine qui nous intéresse.

Mes cours sont dispensés par des gens qui travaillent ou ont travaillé dans l’industrie de la musique, tels que Ken McCluskey, chanteur du groupe The Bluebells, très populaire au Royaume-Uni dans les années 80, ou encore Hugh Brankin, bassiste du groupe Nightcrawlers qui a connu le succès grâce à ce tube des 90’s.

La fac a aussi créé sa propre maison de disques en 1992, Electric Honey, afin que les étudiants en Music Business apprennent sur le terrain les ficelles du métier.

Chaque année, nous partons à la recherche d’artistes à signer sur le label et on travaille avec eux, de l’enregistrement de leurs titres jusqu’à la promotion. Le label a toujours eu du flair pour déceler les nouveaux talents, car il a signé entre autres Snow Patrol, Biffy Clyro ou encore Belle and Sebastian. Le célèbre magazine “Uncut” l’a même nommé “meilleur label au monde dirigé par des étudiants”.

Qu’est ce que j’apprends exactement en cours?

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire la liste de tous mes cours, mais dans les grandes lignes, mes matieres principales sont:

Management: on nous enseigne toutes les techniques de management, anciennes et modernes: quel type de manager voulons-nous devenir, comment diriger une équipe et gérer les conflits, quelles sont les qualités d’un bon leader, l’art de la négociation etc … Il y a en effet divers modèles de management, à nous de trouver celui qui nous correspond.

Marketing: on apprend à définir notre marché et à cibler notre audimat afin que la promotion de nos artistes soit cohérente avec le produit proposé. Pour faire simple et basique, on ne va pas démarcher un magazine qui parle surtout de rock pour promouvoir un artiste folk. Le cours de marketing nous montre aussi tous les moyens que l’on a à disposition pour assurer la promotion d’un artiste. Un de mes cours préférés sans aucun doute!

Comptabilité: ai-je vraiment besoin d’expliquer cela? 😀 On nous apprend à établir un budget, et à s’y tenir. Très utile si on prévoit de se mettre à son compte, par exemple.

Droit: tout ce qui concerne les contrats, les copyrights et les lois mises en place pour protéger les droits d’auteur: reconnaître les divers copyrights (un enregistrement musical a par exemple un copyright différent de la chanson en elle-même), comment protéger une oeuvre musicale, combien de temps est-elle protégée, comment établir un bon contrat, qu’est ce qui peut briser un contrat etc… On nous explique aussi où s’inscrire pour toucher nos royalties si on est auteur/compositeur. En France, c’est la SACEM, ici c’est PRS For Music. J’A-DORE ce cours!

Graphisme: essentiellement, comment utiliser Photoshop pour créer une affiche, une pochette d’album, des posters, flyers etc…

Histoire: l’histoire de tous les courants musicaux et de leur évolution au fil des ans, des années 40 à nos jours. J’aime beaucoup ce cours également, c’est très intéressant de voir à quel point chaque style musical a été influencé par un autre et comment ils ont muté pour donner naissance à un nouveau genre. Passionnant!

Chaque année, nous devons aussi mener un projet sur plusieurs mois. L’an dernier par exemple, j’ai travaillé avec le groupe Black Star Jackals pour leur 1er single “Maybe”. Bon, ça ne s’est pas passé comme prévu vu que leur batteur est parti en plein milieu du projet, mais c’était une expérience sympa malgré tout. Cette année, je pense faire un fanzine pour Electric Honey, avec des critiques et interviews d’artistes qu’on a signé récemment sur le label. Comme je suis très intéressée par le marketing, je crois que ce serait une bonne idée!

Et enfin, la question qui revient souvent: quels sont les débouchés?

Quand on vit au Royaume-Uni et à Glasgow en particulier, on se rend vite compte que la musique fait partie intégrante du paysage. Il y a de la musique live tous les soirs dans les bars, des scènes ouvertes également ainsi que des festivals toute l’année. À Glasgow, le prochain se déroulera en octobre et sera consacré à la musique Americana/Country. Puis viendront en janvier les très attendues Celtic Connections.

Measuring Music UK publie chaque année un rapport sur l’économie du secteur musical au Royaume-Uni. Pour vous donner quelques chiffres, en 2017, 145 815 personnes travaillaient dans l’industrie musicale, 3% de plus que l’année précédente. Le secteur de la musique live a généré £991 million. Tous secteurs confondus, l’industrie musicale a rapporté £4,5 billion à l’économie du pays en 2017 et ne cesse de se développer chaque année.

Les débouchés sont donc nombreux: agent artistique, tourneur/booker, emploi dans une maison de disques (ou même mieux, lancer la sienne), dans une radio/télé/presse, organisation de festivals, chargé de communication, publisher (celui qui s’occupe de caler les musiques d’un artiste dans des pubs ou des films) etc…

On peut travailler en tant que salarié ou auto-entrepreneur. Nous avons rencontré l’an dernier l’une des anciennes élèves de mon HND qui a été embauché dans une agence d’édition musicale (publishing) par exemple.

Idéalement, je voudrais commencer par travailler dans le secteur marketing d’une maison de disques, puis plus tard monter la mienne. J’aimerais avoir des artistes pop/rock Français sur mon label pour promouvoir la musique made in France au Royaume-Uni, qui pour l’instant ne connaît que quelques heureux élus tels que Christine and The Queens, Daft Punk ou Caravan Palace. L’electro French Touch est assez prisée ici, mais tout ce qui est pop/rock français ne perce pas encore. J’espère pouvoir changer ça un jour! (Enfin, si le Brexit ne me met pas de gros bâtons dans les roues, bien sûr.)

Travailler dans un magazine et écrire des critiques d’albums ou de concerts ne me déplairait pas non plus! Je verrai où les études me mènent, mais à priori mon truc, comme je le disais plus haut, c’est le marketing. Tous les secteurs qui visent à faire connaître un artiste et l’aider à vendre sa musique m’intéressent.

Je ne sais pas si vous avez senti la passion qui m’anime à travers cet article, mais c’est sûrement le plus facile que j’ai eu à écrire depuis le début de mon blog! Je crois que je pourrais parler de ce sujet pendant des heures.

J’ai essayé d’être claire et concise mais si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaires, je serais ravie de vous répondre et d’approfondir mes explications!

Pour l’instant je vous laisse, j’ai un exam de droit à préparer pour vendredi! 👩‍🎓

3 songs to extend that summer feeling

Here we are, it’s September!

Some of us are back to work, others (like me) are back to school… the days are getting shorter and in Scotland’s case, we went from summer straight to winter, while my French friends are enjoying an indian summer in my hometown.

So if you’re nostalgic about the warm weather and the festival season, let’s talk about 3 songs I really like to extend that summer feeling:

The Humpff Family revival – Sorry is a useless word

If you were a music fan in the 90’s, this name must ring a bell.

The Humpff Family was a well-known act in the traditional folk-a-billy UK music scene and abroad, as they even made it to America.

Even if John Coletta (lead singer, mandolin) flew solo for a while after the band parted ways, the Humpff Family’s name and music has always been stuck in the fans’ mind.  So when he decided to go back on the road with a new version of the Humpff Family, they received a warm welcome and naturally sold out the Oran Mor last year for the Celtic Connections.  

If you couldn’t go to any festival this year, I’ll give you a tip: play their latest album “Revival” and it’s just like you’re there, one beer in hand, catching up with friends and dancing to the music.

I feel like the Humpff Family is definitely cut out for live performances and festivals as they create a friendly and festive atmosphere, thanks to their entertaining and catchy music. You’ll have no other choice than to get up and dance.

” You’re so fine”, ” Sorry is a useless word” and “Hummingbirds & Bees”, which is a bit different from the other tracks as it has a bossa-nova kind of vibe are my favourite songs of the album which is of course available on Spotify.

Follow them on Facebook and on their official website


Nicol & Elliott – Wish You’d Stayed Away

I talked about Nicol & Elliott before in the French section of my blog (artistes à découvrir), but I thought I would mention them for my anglophone audience as well as I played their music all summer.

The alternative country/Americana duo released their debut single “Wish You’d Stayed Away” on March 29th on Electric Honey and I’ve been obsessed with this song ever since.  Rachel’s (Elliott) fiddle parts give a traditional vibe to the music and her angelic voice blends perfectly with Andrew’s (Nicol).

It’s funny to think that what was supposed to be a one-off collaboration for the Celtic Connections last year led to this beautiful project. The chemistry between them works so well that it’s hard to believe they’ve only been working with each other for a little more than a year. It was clearly meant to be!

Whether they play in acoustic version or with a full band, their live performances are always captivating . You can feel that they are authentic and passionate about the music they deliver.

Their new single “Sweet Downfall” will be out this autumn and is just as good as “Wish You’d Stayed Away”.

Follow them on Facebook and Instagram


Chris Greig And The Merchants – Lipstick

If you’re into melodic pop/rock tunes and if you like The 1975, 2 Doors Cinema Club or Catfish and The Bottlemen, you will love the single “Lipstick”! Click here to listen to it.

I’ve been to some of their gigs, and it’s obvious that their music takes another dimension when they perform live. Their fan base is pretty impressive as you can hear them singing along as they dance and jump all over the place.

Your lipstick stains my mind

Well, I don’t know about the lipstick, but the song, for sure! It’s impossible to get bored while listening to them as their melodies and lyrics are infectious. You’ll find yourself singing along after hearing the first chorus, and you’ll be humming the songs for days afterwards.

The previous single “Colours” is another example of their ability to deliver catchy melodies which will be stuck in your head.

Their EP has been out since June on Electric Honey and features “Lipstick”, “StopGo”, “Colours” and “Talking Aloud” .

Follow them on Facebook and Instagram

What song is your favourite? Tell me in the comments!

Mon stage chez Soma records

Bon j’étais pleine de bonnes intentions mais malgré tout j’ai un peu disparu au mois d’août !

Pour ceux qui n’auraient pas lu l’onglet « About me », j’ai repris les études l’an dernier et je fais un équivalent de BTS en Music Business. Après avoir validé ma première année, j’ai eu techniquement droit a un mois et demi de vacances. Techniquement. Car dans les faits, entre mon boulot à mi-temps, mes concerts et le stage dont je vais vous parler aujourd’hui, je n’ai en fait eu que le mois de juillet pour me reposer un peu.

En effet, les vacances sont passées très vite et j’ai eu à peine le temps d’éternuer, ça y est nous sommes en septembre et c’est déjà la rentrée.

Mais ce mois d’août a été très intéressant et m’a pas mal appris sur l’organisation d’une maison de disques.

Je vais donc vous parler de Soma où j’ai eu la chance d’obtenir un stage d’un mois.

L’histoire de Soma

Soma Records a été co-fondé en 1991 par Slam, deux Dj/producteurs Écossais et est toujours à ce jour un des labels les plus influents du Royaume-Uni pour le genre techno et house. Soma est basée à Glasgow et organise chaque année la Soma Skool, où ceux qui sont intéressés par une carrière dans la musique électronique peuvent assister à des ateliers et des conférences pour en apprendre davantage sur l’actualité et les tendances de cette industrie.

Cela ne vous parle pas encore? Et si je vous disais que ce sont eux qui ont été les premiers à reconnaître le talent du plus célèbre des duos de DJ français ? Je veux bien sûr parler de Daft Punk.

Je ne sais pas vous, mais personnellement, j’ai toujours cru que « Da Funk » était leur premier single. Et bien non ! Le duo sort son premier maxi 3 titres « The New Wave » en 1994 chez Soma Records, et leur musique est à ce moment-là beaucoup plus techno/house et moins radio friendly. Pour les curieux, cliquez-ici.

Le succès n’est pas encore retentissant en dehors du Royaume-Uni mais le duo Français intéresse beaucoup les journalistes et critiques britanniques. 1995 est l’année de la consécration et lancera la carrière du groupe avec la sortie du fameux maxi 45 tours « Da Funk/Rollin’ And Scratchin’ », toujours chez Soma Records qui édite le vinyle original, avant que le single ne soit inclus en 1997 dans leur premier album “Homework”, récupéré par Virgin.

Pas mal pour un label Écossais indépendant non ?

Soma a aujourd’hui dans son catalogue des Dj tels que Rebekah, Giordano, Lars Hausmann et bien sûr, Slam.

Mon stage

J’étais responsable de diverses petites tâches comme par exemple trier les e-mails et mettre à jour le catalogue en ligne de Soma sur les diverses plateformes d’achats physiques ou téléchargements légaux (Bandcamp, Discogs et le site officiel) pour les sorties d’albums et j’avais pour missions principales de m’occuper des commandes ainsi que de demander aux sites de téléchargements illégaux de supprimer les mp3 qui appartiennent à Soma. En effet, le copyright de l’enregistrement est différent du copyright de la chanson elle-même. Le texte et la musique appartiennent à l’auteur/compositeur, l’enregistrement appartient à la maison de disques, qui a donc légalement le droit d’interdire sa diffusion sur les plateformes de téléchargements gratuits. Je devais également informer PRS des nouveautés pour qu’eux-même soient en mesure de traquer les fichiers pirates.

Au Royaume-Uni, PRS est l’organisme qui protège le copyright des auteurs/compositeurs quand leurs oeuvres sont reprises en public par d’autres artistes ou diffusées en radio (l’équivalent de la SACEM en France). Ils s’occupent également de collecter les royalties et de les reverser aux auteurs/compositeurs, c’est pourquoi il est important d’actualiser le catalogue à chaque sortie de single ou d’album pour que les membres de PRS reçoivent bien leur paiement pour l’utilisation publique de leur musique.

Concernant les commandes, on peut trouver sur le site officiel de Soma Records beaucoup de produits dérivés, allant du classique T-shirt aux lunettes de soleil, en passant par les décapsuleurs. Il fallait aussi que je gère les commandes de CD et de vinyles. Chaque jour, nous recevions des commandes venant des 4 coins du monde ! J’ai envoyé des colis au Mexique, aux USA, en France, en Finlande… comme quoi, la réputation de Soma n’est plus à faire parmi les Dj et amateurs de musique électronique dans le monde entier.

J’ai beaucoup aimé travailler avec cette équipe, ce sont des gens passionnés qui ne travaillent qu’avec des artistes auxquels ils croient vraiment.

Si vous êtes DJ ou simplement branchés techno/house/electro, allez faire un tour sur le site officiel de Soma Records, vous découvrirez des producteurs et DJ talentueux à ajouter à votre playlist !

Site officiel: somarecords

Facebook

Bandcamp

Beverly Hills 90210, reboot

First, I have a confession to make: I’ve never been a true fan of Beverly Hills 90210. I was about 10 years old when the show became huge in France so I couldn’t identify to the main characters. My biggest problem at that time was to pick up some clothes for my Barbie doll. So rich girls’ problems with boys… I didn’t get it and I wasn’t interested.

When I was older, I decided to watch the whole show again from the beginning… I liked it overall but it never became my favourite serie.

When I heard they were preparing a 2nd reboot with the original cast (the 1st reboot happened in 2008 and only featured Jennie Garth, Tori Spelling and Shannen Doherty in season 1 and 2) I wasn’t sure how I felt about it, especially when Luke Perry (Dylan) died the same year this reboot was announced.

Fox ordered 6 episodes, aired the first one last Wednesday and I managed to see it on friday. Click here to see the new opening intro.

So let me tell you straight away: this isn’t an actual reboot, it’s the story on how the reboot is going to be made. Are you confused? Great, me too.

The dream team play a satirical version of themselves inspired by their real lives.

In this pilot, the gang finally reunites at a fan convention in Las Vegas. So Tori Spelling plays Tori, a married mother of 6 whose TV reality show is about to be cancelled, and she has to find a way to pay the bills. Brian is slightly jealous of his much more famous wife and Shannen is away, taking care of the planet. Jennie is going through a divorce, Gabrielle is a new grandmother, Jason tries to make it as a director and Ian is a successful businessman, taking every chance he gets to promote his project.

It reminds me a little of “Episodes”, the serie where Matt LeBlanc plays Matt LeBlanc, who is desperately trying to get back into the spotlight.

Anyway, halfway through the episode, I still wasn’t sure I understood what I was watching.

I can’t deny that it is a very creative idea as they don’t have to come up with an explanation about Dylan’s death for instance, but I don’t know how I feel about it after watching it.

BH 20910 is clever for sure as there are a lot of references to the original show.

Shannen Doherty doesn’t come to the BH90210 reunion with the journalists but still manages to steal the whole cast’s thunder with an Instagram live appearance on a huge screen. We all remember that Shannen and the rest of the team had their share of drama back in the 90’s to the point she got fired, to the great disappointment of the fans.

Speaking about them, they always thought Andrea, played by Gabrielle Carteris, was gay. So Gabrielle explores her sexuality in this reboot and kisses a woman in a bar.

Donna and David have always cared for each other throughout the original series, whether they were dating or not. Tori and Brian still have this close bond in the reboot, even if they haven’t seen each other for years.

So to sum it up, this new reboot is inspired by the actual lives of the actors, the lives of their character in the show and sometimes also by what happened backstage in the 90’s. Yeah I know, I told you this is very confusing.

If I’m being honest, I didn’t laugh a lot, even if it’s supposed to be satirical. I think something is missing and the first part of the episode is kind of awkward. I didn’t feel any chemistry between the actors when they met up at the airport. It seemed pretty hypocritical and I felt like the magic was lost. The second half gets a little better and the tribute to Luke Perry in the end in truly moving.

So for now, let’s just say I’m not entirely convinced this reboot is necessary. Yes, there are some good ideas and it’s weirdly funny sometimes but it’s also very messy.

It’s only going to be 6 episodes (that’s what we know so far), but will they be able to build a good storyline? I will watch the next episodes anyway and see what it brings!

Have you seen this new reboot? What did you think? Tell me in the comments!

French girl living in Glasgow. Sharing my musical discoveries and reviews, in english or in french depending on the topic of my article!

Create your website at WordPress.com
Get started